Année des 20 ans

Assemblée annuelle 2013 : temps fort des « Futurs possibles »

200 personnes étaient présentes à la préfecture le 15 octobre dernier pour assister à la restitution de la démarche prospective « Val-de-Marne en métropole, futurs possibles ».

Conduite entre juin et septembre, cette réflexion autour des évolutions du Val-de-Marne a associé, en tout, une soixantaine d’acteurs du territoire. Trois groupes de travail se sont réunis, au cours d’un cycle de cinq séances d’échanges et d’auditions chacun, et ont abouti aux éléments d’analyse suivants :

> Synthèse de la démarche « Val-de-Marne en métropole, futurs possibles »

En présence du préfet du Val-de-Marne, Thierry Leleu, et du président du conseil général et sénateur, Christian Favier, élus et acteurs économiques, sociaux et culturels val-de-marnais ont pu prendre prendre connaissance et réagir à ces conclusions. Ce temps plénier a, en outre, été l’occasion pour le président du Codev, Dominique Giry, de souligner que « dans la métropole, le Val-de-Marne peut avoir un projet stratégique tout à fait singulier, autour de la notion de territoire « porteur d’équilibre ». (…) Dans le contexte actuel, il nous faut continuer à inventer des pratiques d’association et de participation, pour être pleinement « acteur de la métropole ». »

Fondé en 1994 lors d’une assemblée inaugurale, le Conseil de développement fêtera l’an prochain ses 20 ans. Marquant l’entrée dans cette année anniversaire, l’assemblée annuelle 2013, de par l’affluence et la richesse des interventions, a témoigné de la vitalité du Conseil de développement, de sa capacité à poser le débat, à rassembler un large éventail de points de vue et à réunir élus et forces vives.

> Dossier de la 20e assemblée annuelle du Conseil de développement

Démarche « Le Val-de-Marne en métropole, futurs possibles »

Trois groupes de travail se réunissent à échéances régulières depuis le printemps 2013, autour des enjeux liés à l’évolution de la place du Val-de-Marne dans la métropole. Les conclusions de ces travaux seront présentées lors de la 20e assemblée annuelle. Prévu le 15 octobre, ce temps fort, marquera l’entrée dans la vingtième année du Conseil de développement, fondé en 1994.

Lors de la 19e assemblée générale du Conseil de Développement du Val-de-Marne, le 29 novembre 2012, en présence du préfet et du président du Conseil général du Val-de-Marne, le Conseil de développement a ouvert un temps de réflexion sur les  « futurs possibles » du territoire val-de-marnais au sein de la métropole francilienne.

Au cours des dernières années, la zone centrale de l’agglomération parisienne s’est progressivement étendue au Val-de-Marne dans un processus continu. Ce mouvement devrait être amplifié par l’arrivée confirmée du réseau de transports en commun lourds du Nouveau Grand Paris. En parallèle, le territoire a porté une ambition forte de développement, et continue de le faire au travers de projets urbains d’envergure métropolitaine (opération d’intérêt national Orly Rungis – Seine Amont, Ivry Confluences, Campus Grand Parc…). Ces évolutions et ces projets transforment le territoire, et modifient les pratiques de ses usagers, qu’ils soient salariés, habitants, acteurs économiques, sociaux ou culturels.

Plus d’éléments dans la note introductive.

Nous avons donc souhaité qu’un travail puisse être conduit pour questionner ces enjeux. Ce processus s’appuie sur trois groupes de travail, portant sur trois thématiques complémentaires :

  • Le premier sur les enjeux urbains, avec pour but notamment de questionner l’articulation et la mise en complémentarité des grands projets du territoire, ainsi que leur contribution aux dynamiques métropolitaines.
  • Le second sur les enjeux économiques et sociaux, a notamment pour but de mesurer les mutations qui sont à l’œuvre, mais également d’identifier les positionnements sur lesquels le département pourra demain appuyer ses dynamiques économiques et sociales.
  • Le troisième sur les enjeux sociétaux avec notamment pour objectif d’appréhender quels seront demain les attentes et les usages nouveaux de la métropole, des salariés, des habitants (mobilités, échelles des pratiques et de la participation, etc.).