2016

Déclaration de l’assemblée annuelle 2016 : « Construisons une nouvelle société métropolitaine »

Le texte sera débattu lors du temps plénier du Conseil de développement du Val-de-Marne, ce jeudi 17 novembre (formulaire d’inscription ci-dessous) :

« Construisons une nouvelle société métropolitaine »

Depuis 20 ans le Codev concourt au développement du Val-de-Marne au sein de la métropole francilienne.

Sous l’impulsion des collectivités départementales et locales, le paysage du Val-de-Marne s’est profondément transformé.

Le lancement des chantiers du métro Grand Paris Express et, à partir de 2022, sa mise en service progressive, changent la géographie vécue de ce territoire. Le Val-de-Marne est dans la « zone métro » et les acteurs de la ville ont intégré cette donne nouvelle.

Des « dynamiques métropolitaines » y ont de multiples impacts économiques, sociaux et culturels. Elles impriment autant le local, confrontant les habitants à de nouveaux enjeux, que le global, par des échanges désormais permanents entre Paris, Berlin, Tokyo ou encore Londres et New-York.

Une conscience plus aigüe des grands enjeux environnementaux, conduit à la recherche de nouvelles réponses aux défis urbains de notre temps. Si elle n’a pas encore conduit aux changements nécessaires des pratiques et des structures, elle progresse cependant au travers de l’émergence d’une nouvelle économie et de la multiplication de projets citoyens, associatifs ou d’entreprise.

Pour de nouveaux modes de penser et de faire

Ces mutations font émerger de nouveaux modes d’habiter, de travailler, de se déplacer ; elles influencent de plus en plus les parcours professionnels et les parcours de vie des habitants comme des salariés du Val-de-Marne.

Quelle appréhension peut-on avoir de ces évolutions urbaines, économiques et sociales ? Quel ressenti des habitants, des entreprises, des associations, face à des évolutions souvent subies pour celles et ceux qui restent éloignés des dynamiques métropolitaines ? Quelles nouvelles inégalités ? Quels phénomènes de polarisation ou de fragmentation territoriale et sociale ? Ces évolutions ne rendent-elles pas plus vive la « crise démocratique » en accentuant la perte des repères traditionnels des institutions et de la démocratie représentative ?

Quelles réponses ? Quels projets nouveaux ? Comment adapter la ville, pour qu’elle soit aussi inclusive et innovante face aux défis climatiques et environnementaux ?

Dans le Val-de-Marne, avec ces nouvelles réalités métropolitaines, nos modes de penser et de faire doivent évoluer.

A nous d’agir

Le 17 novembre 2016, nous vous proposerons de réfléchir et de travailler ensemble dans les mois qui viennent à la société métropolitaine que nous voulons.

Trois axes de projets sont proposés : pour adapter la ville à des réalités nouvelles ; pour développer les outils destinés à accompagner ces nouveaux parcours de vie ; pour transformer la proximité géographique en dynamique collective.

C’est à nous, acteurs économiques, sociaux, culturels, associatifs…, d’agir, en dialogue avec les élus départementaux et des territoires, d’imaginer de nouvelles démarches, de nouveaux partenariats, d’inventer de nouvelles formes de dialogue. Avec les entrepreneurs, les acteurs sociaux, les opérateurs urbains … il s’agit de bâtir les cadres d’un projet commun « gagnant-gagnant », pour une nouvelle société métropolitaine en Val-de-Marne.

Dominique Giry, président du Conseil de développement du Val-de-Marne,

Daniel Béhar, professeur à l’Ecole d’urbanisme de Paris (UPEC) et directeur de la coopérative Acadie ; Sylvie Berline, présidente de l’Haÿ en transition ; Pierre Conroux, architecte-urbaniste ; Jean-Jacques Debono, président du CFA Sup 2000 ; Marie Deketelaere-Hanna, directrice Grand Paris, Développement et Relations Institutionnelles de Valophis ; Gérard Delmas, président de la CCI du Val-du-Marne ; Manon Fancea, Coopaname ; Franck Mereyde, directeur de l’aéroport d’Orly (ADP) ; Christian Pépineau, président d’Unigros ; Jonathan Sebbane, directeur général de Sogaris ; Philippe Thiard, maître de conférences à l’Université Paris Est Créteil (UPEC) ; Dominique Vial, président de Logeo, membres du comité exécutif du Codev et du groupe de travail « dynamiques métropolitaines en Val-de-Marne »

***

L’assemblée annuelle du Conseil de développement du Val-de-Marne aura lieu ce jeudi 17 novembre, de 9h30 à 12h00 dans la salle des fêtes de Hôtel du Département / Préfecture (avenue du général de Gaulle, Créteil), en présence de Thierry Leleu, Préfet du Val-de-Marne et de Christian Favier, Sénateur et Président du Conseil départemental du Val-de-Marne. Un accueil-café sera proposé à partir de 9h00 (en raison du dispositif de sécurité, il est inutile de se présenter avant).

Inscription au 01 42 07 08 33 ou bien en remplissant ce formulaire :

Signature du CIN sur le pôle Santé de la VSB en présence de Marisol Touraine

La Ministre des Affaires sociales et de la Santé était présente le 4 juillet dernier à l’Hôtel de Ville de Cachan pour la cérémonie de signature du contrat d’intérêt national (CIN) « Santé – Vallée Scientifique de la Bièvre ».

Télécharger le CIN « Santé – Vallée scientifique de la Bièvre »

L’élaboration et la mise en œuvre du CIN sont portées dans le cadre de la démarche de la Vallée Scientifique de la Bièvre, initiée, avec les élus du territoire, par le Conseil de développement du Val-de-Marne. Le CIN a pour objectif de donner toute sa place à la Vallée Scientifique de la Bièvre et au pôle santé Paris-Sud au sein de la structuration universitaire sud-francilienne, notamment au sein de la nouvelle université Paris-Saclay. Il vise aussi à articuler et mettre en synergie tout un ensemble de projets ou de démarches :

– des opérations d’aménagement, notamment Campus Grand Parc, un projet majeur au plan métropolitain, lancé par la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre ;
– des projets des acteurs économiques du domaine de la santé, présent dans la Vallée Scientifique de la Bièvre, notamment Sanofi et de jeunes entreprises innovantes implantées au sein de Villejuif BioPark, animé par la CCI du Val-de-Marne ;
– des dynamiques scientifiques et d’innovations, comme celles de l’Université Paris-Sud, du Groupement hospitalier Paris-Sud de l’APHP, ou de Gustave Roussy, avec Cancer Campus, initiée avec le soutien du Conseil départemental du Val-de-Marne.

Les travaux de recherche et les bénéfices qui pourront en résulter pour la santé humaine et pour le développement économique ont été présentés, lors de la cérémonie de signature, par Marc Humbert, Dominique Franco, Jean-Charles Duclos-Vallée ou Bruno Falissard, professeurs à l’Université Paris-Sud, par Alexander Eggermont, directeur général de Gustave Roussy, ou encore par Philippe Luscan, président de Sanofi en France.

Jean-Yves Le Bouillonnec, président de la Conférence territoriale, a rappelé tout le potentiel réuni dans le cadre du pôle santé de la Vallée Scientifique de la Bièvre : parmi les premiers pôles européens de lutte contre le cancer (Gustave Roussy, 1er centre européen) ; d’innovation médico-chirurgicale pour les maladies du cœur, du poumon et du foie ; de transplantation multi-organes et de médecine régénérative ; de santé publique.

Marisol Touraine a dit sa « fierté » au regard au regard de cette mobilisation collective, des acteurs hospitaliers, scientifiques, de la formation et des collectivités territoriales, en faveur de l’innovation et du progrès pour la santé. Elle a souligné tout l’enjeu pour la France de telles démarches, pour son modèle humain, social et pour son développement économique.

Gérard Delmas a salué un CIN qui, dès le départ, pour sa conception, a associé les acteurs économiques.

La signature du contrat d’intérêt national Santé – Vallée Scientifique de la Bièvre, a réuni, notamment, Jean-François Carenco, préfet de Région, Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris, Pascal Savoldelli, vice-président du Conseil départemental du Val-de-Marne, Michel Leprêtre, président de l’Etablissement public territorial 12, Franck Le Bohellec, maire de Villejuif, Sylvie Retailleau, présidente de l’Université Paris Sud, Gilles Bloch, président de l’Université Paris Saclay, Amélie Verdier, secrétaire générale de l’APHP, Alexander Eggermont, directeur général de Gustave Roussy ou encore Béatrice Falise-Mirat, déléguée générale de Medicen.

Orly Rungis – Seine Amont au prisme de la résilience


Carte des initiatives d’économie circulaire (en bleu) et d’agriculture urbaine (en rouge) dans ORSA Voir en plein écran

A la suite de l’édition 2015 des états généraux de l’opération d’intérêt national Orly Rungis – Seine Amont (ORSA), le conseil consultatif a engagé des réflexions  sur les thèmes de l’économie circulaire et de l’agriculture en ville.

Ces investigations se sont traduites par la réalisation d’entretiens auprès d’acteurs locaux et franciliens et le recensement d’initiatives. Présentées lors du comité de pilotage du 16 décembre 2015, de premières conclusions ont permis de porter un regard innovant sur le projet urbain d’ORSA et de donner corps à l’ambition d’une « ville solidaire et productive » en s’appuyant sur :

-la vision et l’expertise des acteurs économiques et sociaux ;

-l’objectif de positionner le territoire dans l’ensemble métropolitain, en mettant en évidence sa singularité, ses atouts-forces et son potentiel d’innovation ;

-la prise en compte de problématiques économiques, sociales et environnementales, articulées avec l’ambition urbaine pour le territoire ;

-la notion de « résilience urbaine » : elle s’applique au territoire d’ORSA dans son sens littéral, en lien avec la prévention et à la gestion des risques (d’inondation, en l’occurrence), mais également dans une acception plus large, c’est-à-dire l’atteinte d’un nouvel état d’équilibre en répondant aux défis de la ville post-COP 21.

Dossier du comité de pilotage du 16 décembre 2015

Depuis le mois de juin, ces travaux d’identification font l’objet d’approfondissements en groupes de travail thématiques, co-pilotées par le conseil consultatif et l’établissement public d’aménagement : de quoi nourrir le prochain point annuel avec la gouvernance de l’opération d’intérêt national Orly Rungis – Seine Amont.

Rencontres « La Ville, la Vie, la Santé » 2016

L’inscription du « repas gastronomique des Français » au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité (Unesco, 2010) interroge, plus largement, la pratique quotidienne des trois repas pris en commun. Au moment de la mise en place du réseau des Cités de la Gastronomie dont celle, dans le Val-de-Marne, de Paris-Rungis, cette nouvelle édition des Rencontres a abordé les origines, les évolutions contemporaines et l’avenir de ce « rituel » français.

Cette table ronde s’est tenue le jeudi 14 avril et était animée par Jean Lebrun, producteur à Radio France, avec la participation de :

Olivier Chaput
Chef du restaurant Show Devant (Villejuif)

Jean-Pierre Corbeau
Professeur émérite de sociologie de l’aliment, président de l’Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation (IEHCA, Université François-Rabelais de Tours)

Julia Csergo
Histoire culturelle, professeur à l’université du Québec à Montréal

Madeleine Ferrières
Historienne des sensibilités alimentaires

Pierre Feillet
Membre de l’Académie des technologies

Pierre Hivernat
Directeur de l’agence Alimentation Générale

Stéphane Layani
Président du Marché international de Rungis

Jean-Claude Meurville
Directeur du département Hôtellerie-Restauration, fondation Infa

Pierre Sanner
Directeur de la Mission française du Patrimoine et des Cultures de l’Alimentation

Synthèse des Rencontres « La Ville, la Vie, la Santé » 2016

Synthèse des Rencontres 2014 « Manger durable oui, mais comment ? »

Organisées depuis de nombreuses années, les Rencontres « La Ville, la Vie, la Santé » constituent le volet « débat de société » de la mission du Conseil de développement du Val-de-Marne. Prenant appui sur les compétences du pôle scientifique et de formation d’Alfort et élargissant les thèmes abordés à leurs implications d’ordre économique, social, politique, culturel… les Rencontres visent à permettre, aux intervenants comme au public, d’aborder des préoccupations communes et de progresser ensemble.

Le conseil scientifique, culturel et éducatif de la Cité de la gastronomie de Paris-Rungis a lancé ses travaux.

Le Conseil de développement du Val-de-Marne a préparé et porté cette installation, en lien avec le Syndicat mixte ouvert d’études, installé lui-même quelques jours auparavant.

Le 22 juin, à l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort (ENVA), en présence de Dominique Giry, président du Conseil de développement du Val-de-Marne, de Pascal Savoldelli, vice-président du Conseil départemental du Val-de-Marne et de Christian Hervy, maire honoraire de Chevilly-Larue et président du syndicat de la Cité de la gastronomie de Paris-Rungis, André-Laurent Parodi, professeur, directeur honoraire de l’ENVA, a présidé la première réunion du conseil scientifique, éducatif et culturel de la Cité de la gastronomie de Paris-Rungis.

70 personnalités, représentatives de l’ensemble des expériences et des expertises du « repas gastronomique des Français », ont accepté de participer à ce conseil, parmi lesquelles de grands chefs (Antoine Westermann, Michel Roth…), mais aussi des professionnels du Marché de Rungis, des acteurs du tourisme, de la culture, des universitaires, etc.

Les premiers débats ont permis de fixer un programme de travail pour les mois à venir, autour de plusieurs questions : la valorisation des terroirs et des cultures de l’alimentaire ; l’identification des pratiques et des expressions culturelles du repas ; l’impact de l’évolution des modes de vie dans notre alimentation, notamment dans le contexte de la métropole parisienne ; etc.

Des ateliers et de nouvelles réunions plénières du conseil scientifique, pédagogique et culturel organisés à l’automne conduiront, à l’horizon du printemps 2017, à un premier temps de restitution et de contribution du conseil scientifique, pédagogique et culturel sur la programmation de la future Cité de la gastronomie de Paris-Rungis.

« Faisons métropole ! » : Soutenez l’appel !

L’appel les acteurs économiques, sociaux et culturels du Val-de-Marne est une proposition faite à l’ensemble de la société civile du Grand Paris de participer et de faire entendre sa voix dans les travaux et les « premiers pas » de la Métropole.

Co-construire un projet métropolitain autour de l’attractivité et de la durabilité du Grand Paris ; fonder un Codev de la MGP à plusieurs échelles, pour donner corps à une « citoyenneté métropolitaine » ; identifier et diffuser les initiatives locales innovantes ; prévoir des partenariats entre les échelons de l’action publique ainsi que des concertations autour des territoires de projets…  Avec ces 4 interpellations adressées aux élus du Grand Paris et ces 10 propositions, le Codev propose des solutions pour relever les défis métropolitains :

Nouvelle image

> Téléchargez l’appel intégral

Il s’agit de faire en sorte que la Métropole du Grand Paris bénéficie d’emblée de tout l’apport d’une dynamique réellement collective. Car il y a aujourd’hui urgence à porter ensemble la chose publique, à réinventer ensemble l’action publique. Plus nous serons nombreux, plus riches seront nos réflexions, mieux nous serons entendus !

Pour vous associer à la démarche, vous pouvez :

– suivre, soutenir et partager les actualités de l’Appel via sa page Facebook ou sur Twitter (#faisonsmetropole) ;
– adresser une contribution, même brève, sur ce texte, un témoignage, un point de vue. Pour cela vous pouvez prendre contact avec l’équipe (01 42 07 08 33 / contact@codev94.com) ;
– co-signer l’Appel en remplissant le formulaire ci-dessous

Les 50 premiers cosignataires :

Dominique Giry, président du Conseil de développement du Val-de-Marne ; Gérard Delmas, président de la Chambre de commerce et d’industrie Val-de-Marne ; Luc Hittinger, président de l’Université Paris Est-Créteil (UPEC) ; Badri Ahmed, conseiller municipal délégué, Gentilly ; Hervé Allart de Hees, président du Medef de l’Est Parisien ; Mustapha Aouar, directeur de Gare au théâtre ; Jérôme Arnaud, président de Silver Valley ;  Dominique Barjou, cabinet du député-maire de Cachan ; Daniel Béhar, professeur à l’Ecole d’urbanisme de Paris ; Sylvie Berline, représentante du collectif Val-de-Marne en transition, conseillère municipale de l’Haÿ-les-Roses ; Philippe Boroukhoff ; Jean Bourcin, secrétaire général de l’Ador ; Bernard Cervini, président d’AVECC ; Bernard Charpentier, professeur émérite à l’Université Paris-Sud, médecin des hôpitaux de Paris ; Joël Courtois, directeur général de l’EPITA ; Christian Collin, architecte, urbaniste, président de Val-de-Marne Environnement ; Pierre Conroux, architecte, urbaniste ; Christine Corbillé, économiste démographe retraitée ; Danièle Cornet, présidente de l’Union régionale des territoires pour l’insertion et l’emploi en Île-de-France ; Jean-Brice de Bary, médecin généraliste, ancien maire de Mandres-les-Roses ; Jean-Jacques Debono, président du CFA Sup 2000 ; Alexandre Delarge, conservateur de l’écomusée du Val de Bièvre ; Marie Deketelaere-Hanna ; Ludovic Domsgen, secrétaire général, CFDT Val-de-Marne ; Jean-Jacques Doucet, délégué général du Medef de l’Est Parisien ; Eric Fabre, consultant ; Patricia Franzoni, secrétaire fédérale CNL 94 ; Jean Garcia-Jimenez, CGT 94 ; Didier Giard, AEI UPEC ; Marie-Claude Giry ;  Frédéric Gilli ; Didier Godement, CFI Orly ; Christine Janodet, maire d’Orly, conseillère départementale du Val-de-Marne ; Frédéric Lamprecht, président de l’association des Nogentais ; Linda Laforge, présidente du SEL Intercommunal de Noiseau, élue d’Ormesson ; Pierre Lefort, président de l’association pour le développement économique du pôle Orly Rungis (ADOR) ; Hervé Lerolle, représentant de la CLCV ; Christian Lopes, président du Comité Olympique et Sportif du Val-de-Marne ; Olivier Meier, directeur du Festival de l’Oh ! ; Michel Merlot, architecte ; Frédéric Meunier, directeur général du groupe EFREI ; Philippe Mirland, directeur, STEF Logistique Vitry ; Jean-Luc Laurent, député ; Jean-Louis Maître, président de la Chambre des métiers et de l’artisanat Val-de-Marne ; Michel Mittenaere, président de l’association régionale CNL ; André-Laurent Parodi, directeur honoraire de l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort (Enva) ; Monique Parodi ; Christian Pépineau, président d’UNIGROS ; Claude Peries, conseiller CPAM Val-de-Marne ; Nicolas Rameau, directeur du Campus Urbain Seine Amont ; Elizabeth Rodrigues, directrice générale de l’Agence de développement du Val-de-Marne ; Daniel Royer, président de l’Université inter-âges de Créteil et du Val-de-Marne ; André Rouches, délégué général du CAREEP ; Gilles Saint-Gal, président de Val-de-Marne Tourisme et loisirs ; Jean-Marie Tasseel, vice-président délégué de Résidétapes développement  ; Bernard Thoreau, président de la CNL de Fontenay-sous-Bois ; Philippe Thiard, vice-président Patrimoine de l’UPEC ; Stéphanie Veyssière, présidente du Club des Entreprises du Val de Bièvre  ; Dominique Vial, président de Logeo ; Alain Weber

Acteurs économiques, sociaux, associatifs, universitaires… :
découvrez pourquoi ils soutiennent l’Appel !

« Faisons Métropole ! » : une contribution de la Confédération du logement (CNL)

Nous sommes confrontés à la mise en œuvre d’une réforme territoriale qui touche tous les échelons institutionnels, avec également, pour Paris et la Petite couronne, la création de la « Métropole du Grand Paris ».

Le Codev du Val-de-Marne a lancé un appel pour « remettre le projet au centre des débats et mettre les acteurs au cœur du projet métropolitain ». Cette démarche est nécessaire : nous réclamons l’affirmation d’une volonté politique, exprimée à tous les niveaux, de soutenir les démarches citoyennes et associatives et de les associer. Les Codev(s) peuvent d’ailleurs avoir un rôle actif pour aider à l’implication et à l’action de toutes ces démarches, dans leur diversité : collectif d’habitants, mouvement de jeunes, association de défense des droits, réseau culturel, éducatif, etc.

L’appel du Codev du Val-de-Marne contient un certain nombre de propositions. Il faut en débattre. Des dimensions devraient être ajoutées et mises en avant, par exemple le soutien à l’émergence d’activités économiques « sociales et solidaires », ainsi que l’affirmation d’une place pour ces acteurs dans les dispositifs qui seront mis en œuvre pour associer les forces vives aux stratégies de développement.

Des propositions mériteraient d’être discutées encore. Notre position sera de réaffirmer plus directement le rôle du niveau régional. Si le cœur dense de l’agglomération méritait certainement une meilleure structuration intercommunale, la région est l’échelle pour se saisir effectivement et efficacement des enjeux métropolitains : les dynamiques économiques et sociales, les mobilités, la préservation de l’environnement, etc. Ces enjeux dépassent le périmètre de la MGP. Ces problématiques ne pourront trouver de réponses que dans l’action conjuguée de la Région et des Départements. De même, il sera nécessaire de continuer à réfléchir à la composition du futur Codev de la Métropole du Grand Paris et à son articulation avec le CESER.

Dans l’actualité trouble de ces dernières semaines, il faut plus que jamais inviter chacun à participer et à trouver sa place dans la vie de nos institutions. « L’appel » propose ce débat essentiel.

Alain Gaulon, président de la Fédération CNL du Val-de-Marne
Michel Mittenaere, président de l’association régionale CNL, membre du bureau confédéral, membre du CESER

>Consultez, enrichissez, soutenez l’Appel !

« Faisons Métropole ! » : je soutiens l’Appel car… Par Dominique Vial (Logeo)

« Ce texte est le résultat d’une co-élaboration qui a été guidée par la volonté d’associer, notamment, les acteurs économiques. J’espère qu’il inspirera la mise en place, à l’échelle du Grand Paris, d’un dispositif de « participation » de ces derniers, effectif et inscrit dans la durée. »

Dominique Vial, président du CIL Logeo

>Consultez, enrichissez, soutenez l’Appel !

« Faisons Métropole ! » : je soutiens l’Appel car… Par Luc Hittinger (UPEC)

FRANCE. Créteil (Paris. area). 2014. Codev AGM.« Depuis le début de mon mandat à la présidence de l’UPEC, j’ai la volonté de rassembler les universitaires, les acteurs du monde économique et les acteurs du territoire : cet appel, auquel l’Université a contribué, montre que les choses avancent. Je crois qu’entre nous il y a de la confiance, il est essentiel de la préserver. »

Luc Hittinger, président de l’Université Paris Est-Créteil

>Consultez, enrichissez, soutenez l’Appel !

20 janvier : cérémonie « de vœux des forces vives » (8h30 – CCI Val-de-Marne)

Gérard Delmas, président de la CCI Val-de-Marne et Dominique Giry, président du Codev, vous présenteront leur voeux :

Mercredi 20 janvier à 8h30,
à la CCI,
8 place Salvador Allende, à Créteil

Afin de vous recevoir dans les meilleures conditions, nous vous remercions impérativement de confirmer votre présence et, le cas échéant, le nom de la personne qui vous accompagne.

Par courriel à : sgordinho@cci-paris-idf.fr

En raison du plan « Vigipirate Alerte Attentat », inscription obligatoire.
Une pièce d’identité sera exigée à votre arrivée.