2015

Les Conseils de développement imaginent leur avenir grand parisien

Les Conseils de développement franciliens ont adressé un courrier à des maires et des parlementaires pour leur faire part de leurs propositions en vue de la concrétisation des réformes territoriales et du Grand Paris, le 1er janvier 2016.

Après les lois Voynet et Chevènement de 1999 qui les instituaient, les lois MAPTAM et NOTRe posent un nouveau cadre pour ces instances de démocratie participatives. En grande couronne, les Conseils de développement devront se réinscrire au sein des nouveaux établissements publics à fiscalité propre (EPCI) tout en étant confortés par les nouveaux textes stipulant qu’un « conseil de développement est mis en place dans les EPCI de plus de 20 000 habitants » (art. 88 de la loi NOTRe). Sur le périmètre de la future Métropole du Grand Paris (MGP), les Conseils de développement devront intégrer l’émergence des nouveaux établissements publics territoriaux (EPT). Autre paramètre à prendre en compte, le nouveau Conseil de développement métropolitain, prévu par la loi MAPTAM (art. 12) : ce dernier pourrait être l’outil adéquat, et qui manquait jusqu’alors, pour aborder des sujets en commun, à l’échelle de l’aire urbaine.

Face à cette nouvelle situation, les présidents des Conseils de développement, Pascal Lacroix et Martine Tiercelin pour Plaine Commune, Yves Londechamp pour Saint-Quentin-en-Yvelines, Pascal Barrielle pour Sénart et Dominique Giry pour le Val-de-Marne, ont co-signé un texte dans lequel ils développent leur scenario d’avenir, « Codev(s) en métropole : Propositions des Conseils de développement franciliens pour une démocratie participative du Grand Paris ».

Ils y rappellent dans un premier temps la fonction indispensable des Codev, faite de contribution citoyenne voire de co-construction. Ils soutiennent la nécessité de préserver et de densifier encore ces dynamiques de dialogue territorial formées localement. Face à l’emboîtement des échelles propre au contexte métropolitain, ils suggèrent l’instauration d’un Conseil de développement de la MGP qui devra permettre d’aborder les réalités tant de la ville-monde, du quartier, que de la grande couronne. D’où une « hypothèse d’architecture » pour les Conseils de développement en Ile-de-France, structurée autour de deux propositions articulées l’une avec l’autre : d’une part, la généralisation de Codev à l’échelle des territoires institutionnels ou de projets ; d’autre part, la création d’un Conseil de développement de la MGP s’appuyant sur ces dynamiques territoriales.

Avec cette réflexion, les Conseils de développement franciliens souhaitent mettre à profit l’expérience de plus 20 ans des Codev en Ile-de-France et en Régions. Le nouveau paysage institutionnel constitue l’opportunité d’un renforcement de la démarche des Codev, indispensable au renouvellement d’une citoyenneté métropolitaine et à la construction du Grand Paris.

icône note codev

Télécharger la note « Codev(s) en métropole »

« Nourrir la métropole » : retours et suites des états généraux d’Orly Rungis – Seine Amont

© Ville de Chevilly-Larue

Cette 3e édition, qui s’est tenue le 28 mai 2015 à Chevilly-Larue, avait pour objectif d’aborder les projets urbains de l’OIN à partir de la dominante agroalimentaire du territoire.

Le Codev anime depuis 2008 le conseil consultatif de l’opération d’intérêt national Orly Rungis – Seine Amont (OIN ORSA). En lien avec l’établissement public d’aménagement (EPA), des états généraux sont organisés régulièrement : ce temps plénier permet d’informer sur l’état d’avancement du projet urbain, mais aussi d’associer à la réflexion sur celui-ci, les acteurs économiques, sociaux et culturels du territoire. Ces derniers peuvent ainsi dialoguer avec l’EPA, les représentants de l’Etat et des collectivités.

Lors de la première édition des états généraux, en 2009 , le conseil consultatif avait exposé son ambition pour le territoire sous la forme de deux cadres de réflexion : Orly Rungis – Seine Amont, en Île-de-France, la « ville productive » et la « ville solidaire ». Les seconds états généraux de 2011 avaient constitué un « rendez-vous de chantier » sur une opération désormais entrée en phase opérationnelle. Il s’agissait pour les acteurs de saisir les temporalités d’une « grande opération d’urbanisme ».

Cette 3e édition avait pour objectif de « mettre au centre de la dynamique de l’opération d’intérêt national, celle de ses acteurs », au travers de l’atout-force agroalimentaire. Les débats ont porté à la fois sur la dynamique du « pôle » de Rungis, à l’heure de la recomposition et de la diversification du marché agroalimentaire, et sur les potentialités de projets autour de l’alimentation et de l’agriculture urbaine.

> catalogue des projets urbains de l’EPA ORSA (janvier 2015)

> déroulé et argument remis aux participants

Les échanges, les témoignages et les contributions ont montré que les fils de nombreux projets ou de nombreuses démarches portés par des acteurs du territoire, pouvaient être tirés pour :

– favoriser la prise en compte dans les projets, des potentialités de développement d’activités économiques nouvelles et diverses (des « fonctions métropolitaines » (logistique, maintenance, froid, etc.), autour du pôle de Rungis, aux nouvelles activités de transformation agroalimentaire générées par les positionnements des opérateurs du MIN, jusqu’à celles, plus diffuses, liées aux pratiques et aux usages autour de l’agriculture urbaine et des modèles alternatifs d’approvisionnement) ;

– faire émerger une culture de projet urbain singulière en métropole (innovante et distincte par rapport aux projets urbains portés sur d’autres territoires), autour des formes de nature urbaine articulées avec l’agriculture.

> vidéo intégrale de la matinée du 28 mai

Dans le prolongement de la dynamique des états généraux du 28 mai, et en lien avec l’ambition urbaine de l’EPA, deux leviers pourront permettre de continuer à avancer sur ces enjeux :

  • une démarche de projets associant les acteurs du pôle d’Orly Rungis autour des enjeux de « l’économie circulaire »
  • la valorisation des projets « d’agriculture en ville »

> dossier du comité de pilotage du 16 décembre 2015 présentant les premières investigations sur ces deux thèmes

« Métropole du Grand Paris : questions et défis » : compte-rendu de la 3e séance

Alors que se profile la COP 21, marquée par l’ampleur de la mobilisation des territoires locaux, la Métropole du Grand Paris doit définir son projet de territoire et son modèle de développement. Aussi, à l’occasion de la troisième séance de son groupe de travail, le Conseil de développement du Val-de-Marne a proposé de débattre de l’enjeu de la durabilité des territoires métropolitains et de la transition écologique de leurs structures socio-économiques.

Les débats se sont appuyés sur les regards de Nicolas Buchoud, président du Cercle Grand Paris de l’Investissement durable, de Florence Castel, directrice générale du pôle de compétitivité Advancity et d’Olivier Meier, directeur du Festival de l’Oh et de l’Université populaire de l’eau et du développement durable (UPEDD).

cr3

Télécharger le compte-rendu

Une nouvelle réunion du groupe de travail est prévue le jeudi 10 septembre, de 16h00 à 18h00, comme les fois précédentes dans la salle de réunion de la Maison de la Ville et de l’habitat (19 rue de Joly à Créteil) : cette séance permettra de finaliser une synthèse, en vue de l’assemblée annuelle du Codev à l’automne, et également de faire le point sur la réforme territoriale, à l’issue de la dernière phase du processus législatif, actuellement en cours.

« Métropole du Grand Paris : questions et défis » : retour sur la 2e séance du groupe de travail

Le 16 avril dernier, le Conseil de développement a questionné l’enjeu du lien démocratique entre les citoyens, les parties prenantes socio-économiques, notamment les chefs d’entreprises, et les futures institutions.

Les débats ont été ouverts par les interventions de Catherine Mangeney, démographe et chargée d’études à l’IAU Idf, et de Samuel Cucherousset, responsable du département Économie territoriale de la Chambre de commerce et d’industrie d’Ile-de-France, respectivement sur :

la diversité des pratiques territoriales des habitants de la métropole

la place des entreprises dans le Grand Paris

L’ensemble des échanges est à retrouver dans ce compte-rendu :

icône CR gpe mgp #2

Télécharger

Le 20 mai prochain aura lieu la troisième et dernière séance (16h-18h, immeuble Logeo, 19 rue de Joly à Créteil, inscription recommandée), qui portera sur l’enjeu de la durabilité des territoires métropolitains et de la transition écologique de leurs structures socio-économiques.

3es états généraux des acteurs économiques, sociaux et culturels d’Orly Rungis – Seine Amont

Au terme d’un cycle de groupes de travail préparatoires, le conseil consultatif de l’opération d’intérêt national (OIN) d’ORSA exprimera son ambition pour cet espace de projets le 28 mai au travers de l’une de ses fonctions-force : « Nourrir la métropole ».

Le périmètre de l’OIN Orly Rungis – Seine Amont, c’est le territoire des compétences et des plaisirs du repas. Ces derniers sont adossés au marché d’intérêt national, mais se retrouvent également dans tout un tissu d’entreprises agroalimentaires, disséminées dans la vallée de la Seine ; ils inspirent de nombreuses initiatives ou projets pilotes dans les aménagements urbains, la vie sociale ou culturelle : celui de la Cité de la Gastronomie, de la Plaine de Montjean, de la zone Senia, des nouveaux quartiers de gare du Grand Paris, notamment des Grandes Ardoines, etc.

Cette matinée d’échanges sera organisée autour de deux tables rondes permettant d’aborder les grands axes de propositions des acteurs économiques, sociaux et culturels :

« Les nouvelles fonctions du pôle de Rungis : une approche durable et un développement local de la filière agroalimentaire »

« Bien manger et bien vivre : des projets pour une nouvelle urbanité métropolitaine »

Associant des experts, les élus locaux et les représentants de l’Etat, les états généraux du conseil consultatif constituent, pour les acteurs de la société civile, un point d’information sur le projet d’aménagement ORSA mais aussi un temps de mobilisation et de réflexion autour de ses défis et de ses potentialités.

Consulter le déroulé de la matinée


« Nourrir la métropole »
Un point d’appui pour Orly Rungis – Seine Amont et son projet dans la métropole du Grand Paris
Jeudi 28 mai, de 8h30 à 12h30 (l’accueil se fera à partir de 8h00)

Théâtre André Malraux de Chevilly-Larue,
Place Jean-Paul Sartre (à proximité de l’Hôtel de Ville)

Accès en transports en commun
–Bus Tvm, 216, 131 « Mairie de Chevilly-Larue »
–Bus 192 « Centre culturel André Malraux »

Depuis Paris, prendre :
–RER B « La Croix de Berny » puis bus Tvm
–Tramway T7 « Porte de Thiais (Marché International
de Rungis) » puis bus Tvm

Renseignements / inscriptions :
01 42 07 08 33 / contact@codev94.com

Lancement d’un groupe de travail « Métropole du Grand Paris : questions et défis »

IAU Idf

Afin de tenir informés les acteurs économiques, sociaux et culturels du Département sur les avancées du chantier de la future collectivité, le Conseil de développement du Val-de-Marne a mis en place un groupe de réflexion et de propositions.

L’année 2015 sera une année charnière pour l’instauration de la Métropole du Grand Paris (MGP) prévue pour le 1er janvier 2016. Or, si le projet de métro du « Grand Paris Express » et de son impact urbain ont fait l’objet d’une concertation publique importante en 2008/2009, celui de ce nouveau cadre institutionnel n’a été, jusqu’ici, que trop faiblement relayé et mis en débat.

Une « mission de préfiguration » de la MGP, réunissant les maires et l’Etat a été mise en place à l’été 2014. Cette mission a organisé, à la fin de l’année dernière, un « comité des partenaires socio-économiques » de 60 membres et dont fait partie le Conseil de développement du Val-de-Marne.

Afin de relayer ces travaux mais aussi les préoccupations des acteurs val-de-marnais, le président du Codev, Dominique Giry, a inauguré le 11 mars dernier une série de réunions de travail.  Voici les éléments du dossier et le compte-rendu :

incône note intro MGP

note introductive

icône diaporama intro MGP

diaporama

icône CR gpe MGP 1

compte-rendu

En vue d’un temps plénier prévu avant l’été, deux séances thématiques sont prévues les 16 avril et 20 mai (16h-18h, immeuble Logeo, 19 rue de Joly, Créteil). Nous vous tiendrons informés sur ce blog de l’ordre du jour.

Rencontres « La Ville, la Vie, la Santé » 2015

Pour cette nouvelle édition des Rencontres, un état des savoirs et des réflexions relatifs à la distinction entre l’homme et l’animal permettra de procéder à une meilleure évaluation des implications de la législation et ce, dans les multiples contextes (urbain notamment) et activités au centre desquels se trouve l’animal (élevage, commerce, loisirs et traditions, etc).

Avec la participation de :

Laurence Abeille
Députée du Val-de-Marne

Damien Baldin
Professeur agrégé d’histoire, doctorant,chargé d’enseignement (EHESS)

Bertrand Deputte
Professeur émérite d’éthologie (ENVA)

Jean-François Dortier
Sociologue, directeur du magazine Sciences Humaines

Jean Glavany
Député des Hautes-Pyrénées, ancien ministre de l’agriculture

Alain Grépinet
Docteur vétérinaire, expert judiciaire près la Cour d’appel de Montpellier

Michel Kreutzer
Professeur émérite d’éthologie (Université Paris Ouest)

Francis Wolff
Professeur de philosophie (ENS Ulm)

Téléchargez l’argument complet et le coupon-réponse

« Des animaux et des hommes : de nouvelles frontières »
Rencontres « La Ville, la Vie, la Santé » 2015
Jeudi 2 avril
9h00-12h00 (accueil dès 8h30)
Ecole Nationale vétérinaire d’Alfort
Amphithéâtre d’anatomie (bâtiment Blin)
Maisons-Alfort, 7 avenue du Général de Gaulle
Métro ligne 8 (Station École vétérinaire de Maisons-Alfort)

Inscription par coupon-réponse (ci-dessus) ou directement au 01 42 07 08 33 et via contact@codev94.com

Hommage à Pierre Gosnat, maire d’Ivry-sur-Seine

Nous avons appris avec beaucoup de peine la nouvelle du décès de Pierre Gosnat, maire d’Ivry-sur-Seine, intervenue dans la nuit de samedi 24 à dimanche 25 janvier 2015 et nous souhaitions, par ces quelques mots, exprimer notre tristesse, comme beaucoup à Ivry et dans le département, et témoigner de notre reconnaissance pour l’engagement qui fut le sien parmi nous, au Conseil de développement du Val-de-Marne.

Notre département vient de perdre l’une de ses grandes figures politiques. Il a porté sa ville et les causes qui l’animaient, avec détermination, énergie et humanité. Il forçait le respect pour ses facultés d’empathie. Jamais il ne perdait sa capacité d’indignation, mais également d’enthousiasme. Il était exigeant et savait aussi faire confiance. Il avait l’esprit du travail collectif et du partenariat avec les acteurs économiques, sociaux et culturels. Il était fondamentalement chaleureux.

Dans le cadre du Codev, il a témoigné d’un constant souci du travail collectif et du partenariat avec les acteurs économiques, sociaux et culturels. C’est ainsi qu’il a été l’un des fondateurs du Pôle allongement de la vie autour de l’hôpital Charles Foix, initié avec l’Université Pierre et Marie Curie et l’entreprise Sanofi.

Son esprit curieux et son appétit pour le débat l’amenèrent à participer à nombre de nos travaux, notamment lorsqu’il était question des projets touchant à la Seine-Amont. Plusieurs de nos initiatives ont été portées avec lui comme les forums « La fin de la banlieue » à Ivry, en 2005, et les rencontres « la Ville, la Vie, la Santé », dont plusieurs éditions se sont tenues à Ivry, à partir de 2000.

Au Codev, nous perdons un élu et un ami avec lequel nous aimions travailler et avec lequel nous avons partagé de très nombreuses aventures.

Nous adressons, à son épouse, Alice Gosnat, à sa famille et ses proches et à la Municipalité d’Ivry-sur-Seine, nos condoléances et l’expression de notre profonde sympathie.

Dominique GIRY,
Président du Conseil de développement du Val-de-Marne